Michel GANIVET

Michel GANIVET, né en 1947, journaliste, a consacré sa retraite à écrire articles et ouvrages sur l'histoire de sa région, l'ancienne province du Perche. En 2018, il a décidé de s'intéresser au roman afin d'associer ses thèmes favoris (histoire des familles, des villages, histoire générale, patrimoine, musique, livres) à une démarche de création.

https://www.librinova.com

Mon livre « Une mélodie qui n’en finit jamais » étant désormais disponible en librairie (sur commande la plupart du temps, plus rarement disponible dans les rayons, sauf chez certaines librairies amies), je peux commencer à réagir aux commentaires et questions qui me sont posées. Merci de l’intérêt que vous manifestez à ma démarche d’écriture.

L’une des questions porte sur « Librinova », la plate-forme d’autoédition que j’ai choisie pour diffuser mon livre. J’ai, c’est vrai, d’abord envisagé l’édition traditionnelle sans perdre de vue qu’en France (chiffres de 2018) 1 manuscrit sur 5000, est édité et qu’une kyrielle de maisons d’édition devaient être contactées. J’en ai dans une première liste, sélectionné trente avant de mettre un frein à cette recherche pour une raison simple : un manuscrit papier revient à 35 euros. Adresser mon manuscrit à tous ces destinataires m’aurait donc coûté 1050 euros.

J’ai fini par restreindre ma liste à 15 éditeurs qui demandaient le fichier PDF. Résultat de la consultation : dix absences de réponse à ce jour, trois réponses négatives qui me suggéraient de prendre contact avec Librinova (Belfond, Plon et Presses de la Cité que je remercie pour leur intérêt) et deux réponses positives d’éditeurs qui en fait me proposaient un contrat à compte d’auteur.

J’ai choisi Librinova, une des plateformes d’autoédition les plus utilisées (70 manuscrits édités par mois). Évidemment, la plateforme est payante. L’opération m’a coûté 395 euros. En contrepartie, à partir du 3 avril (en pleine crise de confinement), mon livre a été diffusé sous forme numérique pour lecture sur tablettes, liseuses et ordinateur sur tous les réseaux existants. Depuis la fin du mois de mai, il est disponible sous la forme papier (distribution par Hachette Livre) dans toutes les librairies. Le livre est certes imprimé à la demande et n’est donc pas disponible en rayons, mais n’importe quel libraire peut vous le fournir ainsi que les réseaux avec magasins de vente, du genre FNAC, Cultura, etc.

Je me réjouis aujourd’hui des premiers résultats. Mon livre est disponible partout. Et surtout, grâce à Librinova, je n’ai pas eu à attendre des mois au risque d’ailleurs de n’être jamais édité.

Pour information, l’autoédition représente aujourd’hui un livre sur cinq déposés au Dépôt légal en France (un sur dix en 2010, ce qui illustre une progression significative) et je crois que le rythme de cette progression bousculera, à terme, le monde de l’édition (chiffres Librinova).